Accueil > Réglementation > Importation > Visa pour macro-organismes non indigènes en lutte Bio

Visa pour macro-organismes non indigènes en lutte Bio

mercredi 22 avril 2015 - Rédaction SNP

Arrêté du 26 février 2015 établissant la liste des macro-organismes non indigènes utiles aux végétaux, notamment dans le cadre de la lutte biologique dispensés de demande d’autorisation d’entrée sur un territoire et d’introduction dans l’environnement

http://legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=?cidTexte=JORFTEXT000030511750&dateTexte=&oldAction=dernierJO&categorieLien=id

Dans la liste on trouve en ce qui concerne la lutte contre les ravageurs de palmier, les fameux nématodes prédateurs du CRP et du PA. Bien sûr ceci va calmer les ardeurs de ceux qui auraient voulu organiser un peu plus de concurrence en développant les importations de cet auxiliaire. Ils sont cependant sept acteurs importants par ailleurs. Certains sont assez discrets c’est en particulier le cas de Syngenta .......

Derniers articles

20 mars, par Rédaction SNP

Congrès AMPP Veillée d’armes

Communiqué de Presse
Madame, Monsieur,
Une délégation franco-italienne se rendra au Congrès de l’Association Marocaine de Protection des Plantes (Rabat 26-27 mars 2019), afin de présenter un état des lieux sur la lutte en (...)

13 mars, par Rédaction SNP

En pays Varois ....

Merci à ce support de Presse régional en pleine « remontada » de nous accueillir à nouveau pour présenter cette nouvelle technologie de détection très en amont des attaques de ravageurs. L’affaire commence à s’ébruiter puisqu’un (...)

Edito

Edito de février 2019

10 mars, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Retenons la date du 11 février 2019 , celle de la grande réunion de concertation organisée à la DGAL. Nous avons pu très correctement nous exprimer pour dire synthétiquement :
- Toute nouvelle réglementation doit également porter sur le papillon Paysandisia Archon
- Il faut donner un cadre légal même dérogatoire au piégeage massif qui est explicitement recommandé par l’ANSES. Le ministère doit ensuite (...)