Accueil > Réglementation > Evolution Réglementaire > Le plan Ecophyto 2 « + »

Le plan Ecophyto 2 « + »

lundi 19 février 2018 - Rédaction SNP

TVA Agri met la pression à la veille du salon de l’agriculture et dans la perspective du nouveau plan Eco-Phyto qui serait publié fin mars.

FNSEA rappelle que l’Inra estime au minimum à une demi douzaine d’années l’émergence d’une alternative « fiable » aux pesticides. LA FNSEA réclame donc une « sortie progressive » qui ne doit pas se réaliser via « un claquement de doigts.
 

Et le ministère de définir les priorités...

Amplifier la recherche-développement d’alternatives et la mise en œuvre de ces solutions par les agriculteurs

La troisième priorité vise à renforcer les actions de recherche vers la mise en œuvre de solutions opérationnelles, en particulier sur les alternatives aux herbicides.

Sur ce point, sans surprise, le biocontrôle sera mis en avant, via le soutien à l’innovation et l’accompagnement des TPE/PME souhaitant développer ce type de produits.

Il est par ailleurs prévu proposer au niveau européen la reconnaissance des produits de biocontrôle dans le cadre de la révision du règlement 1107/2009.

Renforcer le plan Ecophyto 2, améliorer sa gouvernance et son fonctionnement

Selon la feuille de route, le rapport des inspections générales CGAAER-CGEDD-IGAS sur le plan Ecophyto 2 conforterait un pilotage insuffisant et des difficultés méthodologiques.

L’installation du pilotage stratégique interministériel (MAA, MTES, MSS, MESRI) a donc trouvé un premier écho.

Les commentaires SNP : D’abord le débat n’est pas suffisamment technique et approfondi et ça fait des semaines que nous vivons avec quelques propos introductifs redondants. Nous relevons ensuite le constat-aveu que le plan a été mal conduit forcément puisqu’il n’a pas vraiment fonctionné (on peut craindre que cet échec s’explique davantage par des objectifs irréalistes que par une mauvaise gouvernance). Ensuite la nouvelle sur la plus importante faire accepter au niveau européen une définition et une reconnaissance des produits de bio-controle. On aurait s’y prendre plus tôt car comment voulez-vous développer des projets industriels sans des normes européennes qui garantissent la commercialisation. Il faudra des années pour rattraper ce retard.

 

 

Derniers articles

16 juillet, par Rédaction SNP

Adopter la Vigilance Attitude pour CRP & PA

En septembre 2017 nous vous avons signalé l’apparition de cette application lanceur d’alertes. Le démarrage n’a pas été à la hauteur de nos espérances. il faut dire que les mairies que nous avons approché pour leur dire tout (...)

15 juillet, par Rédaction SNP

REVIVE saison 2

On attendait une extension d’usage au Paysandisia, la suppression d’un adjuvant....rien de tout cela. En baptisant REVIVE II ARETOR nom commercial ( et non Terminator !) la firme a sans doute voulu s’éloigner de la notion (...)

14 juillet, par Rédaction SNP

INRA et BIOCONTROLE

Intéressante communication grand public faisant le point des recherches de l’institution sur le Biocontrole. Sont abordés les domaines :
DES ODEURS POUR LUTTER CONTRE LES RAVAGEURS
LES MACRO-ORGANISMES : DES ALLIÉS DE (...)

Edito

Edito de juin 2018

13 juillet, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Vous connaissez l’aphorisme "le pire n’est jamais sûr" on va s’y accrocher. Pourtant le 1er septembre c’est demain date-butoir de l’utilisation du Confidor. Nous n’avons aucune nouvelle de notre demande article 53 de prorogation 120 jours de l’usage de ce produit.
On a le sentiment que les lobbys écologistes sont tellement puissants dans notre pays que rien ne peut résister à leurs péremptoires (...)