Accueil > Réglementation > Débats parlementaires & Conseil des ministres & PE > Le miel de la discorde.....

Le miel de la discorde.....

vendredi 8 juin 2018 - Rédaction SNP

le 20 mai c’était la journée des abeilles, l’occasion de vous livrer deux chroniques en totale opposition. Mais oû est la science dans ces combats..... à vous d’en juger. mais cela perturbe gravement les stratégies de lutte.

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2017/06/28/97002-20170628FILWWW00250-abeilles-les-ventes-d-insecticides-neonicotinoides-en-hausse-de-2013-a-2015.php

https://www.mediaterre.org/france/actu,20170105143647.html

 

 Autre contribution :

Campagne et Environnement Par Eloi Pailloux - Publié le 07/06/2018

Néonicotinoïdes : pas d’alternatives pour certains usages (Anses)

Quelles conséquences pour l’agriculture et l’environnement en cas d’arrêt des néonicotinoïdes ? C’est la question à laquelle répond l’Anses, le 30 mai. Verdict : pour certains usages, les alternatives satisfaisantes font défaut. Cette analyse doit permettre d’établir des dérogations à l’interdiction de ces insecticides en septembre 2018.


Ces documents doivent aider les pouvoirs publics à déterminer les éventuelles dérogations à l’interdiction des néonicotinoïdes, à partir de septembre 2018. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a mis en ligne, le 30 mai, son évaluation finale mettant en balance les risques et les bénéfices des insecticides néonicotinoïdes et de leurs alternatives chimiques et non chimiques.
Des alternatives pour une majorité d’usages, mais…

Pour une majorité des 130 usages étudiés, des alternatives, chimiques et non chimiques, suffisamment efficaces et opérationnelles, ont pu être identifiées. Mais pour certains usages sur maïs, betterave et céréales à paille, notamment, l’Anses signale qu’il n’existe pas d’alternatives, ou alors reposant uniquement sur des solutions chimiques présentant la même substance active ou appartenant à la même famille.

L’Anses rappelle l’intérêt de l’approche de lutte intégrée : observation des bioagresseurs et mise en œuvre d’un ensemble de méthodes de lutte non chimiques avant toute application d’un pesticide de synthèse. Et émet une recommandation de bon sens : « Accélérer la mise à disposition de méthodes efficaces et respectueuses de l’Homme et de l’environnement pour la protection et la conduite des cultures. »

Dans le rapport ANSES les arbres et les arbustes d’ornement, a fortiori les palmiers, n’ont pas été pris en compte. D’ailleurs p. 3 du tome 1 il est écrit que, pour la lutte contre les coléoptères pour arbres et arbustes, il n’y a aucune alternative à base de néonicotinoïdes qu’elle soit chimique ou non chimique.

Gageons que ça devrait peut-être suffire à l’obtention de la dérogation.

Derniers articles

16 août, par Rédaction SNP

Eric Chapin conseille...

Source Lien horticole N° 314
En cette période estivale, les bioagresseurs ne font pas de pause. Notre expert en protection des plantes, Éric Chapin, synthétise quelques observations sur l’état des plantations et (...)

15 août, par Rédaction SNP

R&D la France à la traîne...

un classement qui explique beaucoup de choses...
S’il existe un autre classement en Recherche fondamentale il est plus que probable que nous serions mieux placés. Ceci explique cela et donc nos pauvres palmiers (...)

13 août, par Rédaction SNP

La Stratégie Phoemyc

Avec quelque retard, vacances obligent, voici donc une documentation sur ce nouveau produit * qui présente des caractéristiques extrêmement intéressantes en terme de cout et d’efficacité. On est guère surpris de l’accueil d’ores (...)

Edito

Edito de juillet 2018

10 août, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Je vous avais promis de tout vous dire sur la gestion des palmiers de Nice. J’y reviendrai car malheureusement l’actualité réglementaire prend le pas. Simplement le temps de vous confier que nous avons au dossier une lettre de Bernard Baudin du 17 décembre 2014 Conseiller Espaces Verts du Maire de Nice qui reconnaît refuser l’application de l’arrêté du 21 juillet 2010 en affirmant n’utiliser que des (...)