Accueil > Documentation > Nouveaux Moyens > la confusion sexuelle n’est pas ce que l’on croit...

la confusion sexuelle n’est pas ce que l’on croit...

lundi 14 mai 2018 - GRILLET Maxime, Rédaction SNP

En 2014 nous avions déjà abordé le sujet : https://www.sauvonsnospalmiers.fr/paysandisia-archon-le-latin-lover.html

Voilà un exemple pratique à grande échelle pour contenir le développement de papillons nocturnes, qui correspondent bizarrement au comportement de notre Paysandisia Archon. Encore fallait-il synthétiser les phéromones sexuelles qui perturbent tant l’insecte mâle. Des travaux sont en cours.....Ces pauvres mâles ne sachant plus où donner de la.... tête deviennent quasiment fous incapables de procréer. Le fameux syndrome de la boîte de nuit trop bien remplie !!

 

ouest-france.fr
Vignoble. Des leurres contre les papillons indésirables

 

Une solution alternative aux insecticides est développée sur 2 000 ha du vignoble de Nantes pour venir à bout de papillons nocturnes. Le dispositif convient à la méthode conventionnelle comme à la bio.

Phéromones plutôt qu’insecticides

Au domaine de la Mainguionnière, à Saint-Hilaire-de-Clisson, Christian Gauthier et quelques techniciens clipsent des capsules bourrées de phéromones sur les câbles tendus le long des vignes. Ces leurres ciblent deux papillons nocturnes, cochylis et eudémis. Surnommés « tordeurs des vignes », leurs chenilles s’attaquent aux fleurs et aux fruits. Le produit diffusé perturbe les mâles, ils s’affolent, tournent au-dessus jusqu’à l’épuisement et meurent.

« C’est la quatrième année qu’on met en place ce dispositif sur un îlot de 8 ha. On en voit les bienfaits », explique Christian Gauthier, vigneron et président de la Fédération des vins de Nantes.

Encourager la démarche collective

À ses côtés, Frédéric Lailler témoigne qu’il l’utilise aussi dans le domaine de Brégeon, à Gorges : « Dans le coin, on est plusieurs vignerons à l’avoir adopté, avec notamment Cyrille Paquereau et Vincent Ménard. L’aspect du traitement collectif est important. Il faut que la mise en place des capsules soit cohérente, sur toute une parcelle, pour que le dispositif agisse. »

« En faisant venir Emmanuel Vereeke, représentant de la société BASF France, qui commercialise le produit Rak (marque déposée) et avec qui on travaille, on veut montrer un exemple concret de bio contrôle qui marche, commente Christian Gauthier. On veut aussi partager nos connaissances pour avancer ensemble. »

Développer les pratiques alternatives

Le concept a fait ses preuves et convient aussi bien à la culture traditionnelle qu’à la bio. « La confusion sexuelle est une technique qui existe depuis vingt ans, on l’a améliorée. Le plastique utilisé résiste maintenant aux aléas météorologiques sur la période de quatre mois », indique Emmanuel Vereekele, Le produit est utilisé dans les vignobles français de Champagne, du Languedoc Roussillon, dans le Bordelais, le Val de Loire.

 

Dans le vignoble de Nantes, actuellement 2 000 ha (soit 20 %.) sont protégés de cette façon-là. « Cette méthode plus respectueuse de l’environnement est dans l’air du temps. Depuis quelques années, on l’encourage dans le vignoble nantais. C ’est dans l’intérêt de tous : il nous faut un bon raisin, pour produire un muscadet de qualité et améliorer notre image auprès des consommateurs. »

Derniers articles

14 novembre, par Rédaction SNP

Piégeage : tous avec la Casa....

Nous proposons un autre type de piège chargé de la même phéromone, en même temps nous soutenons fermement la politique de piégeage de la Casa ainsi que celle de la Cavem.
Son efficacité est d’autant plus grande que des (...)

13 novembre, par Rédaction SNP

Un autre regard sur le piégeage massif

La mouche de l’olive est un grand fléau de l’oléiculture. En même temps grand consommateur de phytosanitaires autrefois du diméthoate. la pratique de piégeage massif est vite apparue comme une alternative crédible. Mais comme (...)

Edito

Edito d’octobre 2018

12 novembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Sans l’avoir voulu nous sommes récompensés d’avoir un peu tardé dans la sortie de cet édito. Les 15 grands élus que nous avions solennellement saisi de graves difficultés consécutives à la suppression du Confidor et à l’abandon européen de la lutte obligatoire contre le CRP semblaient totalement insensibles à notre cause.
Sauf un, le Maire de Menton : (...)