Accueil > Réglementation > Evolution Réglementaire > JEVI : 1er janvier la messe est dite....

JEVI : 1er janvier la messe est dite....

dimanche 23 octobre 2016 - Rédaction SNP

 Les professionnels du tourisme essentiellement de PACA étaient réunis à Saint-Tropez cette semaine pour des assises interactives du tourisme. SNP a pu être là en partie.
Énormément de thèmes abordés et deux organisations extrêmement présentes :
* Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie : UMIH
* Association nationale des élus des territoires touristiques : ANETT
La firme M2 i life sciences est intervenue pour présenter les solutions de lutte contre les ravageurs d’espaces verts de nature à compenser, quand c’est possible, la suppression des produits phytosanitaires pour les collectivités locales dans quelques semaines (la fameuse loi Labbé= zéro pesticide dans l’ensemble des espaces publics à compter du 1er janvier 2017) pièce jointe : son ppt , très instructif). Il faut dire que les colloques se multiplent pour évaluer les conséquences souvent dramatiques de la suppression de ces moyens de lutte traditionnels, les produits phytosanitaires. Comme toujours les solutions alternatives n’existent quasiment pas encore,ou sont peu efficaces à l’exception cependant des dispositifs de capture (monitoring ou pas) première démarche de Bio-controle. Dans ce domaine la société M2i Life sciences est une entreprise de pointe.

Rappelons que cette firme nous fournit toutes nos phéromones alimentant nos pièges chinois, que cet attelage donne entièrement satisfaction à nos adhérents parmi lesquels deux célèbres jardins botaniques.

Précisons qu’il faut faire une distinction entre le CRP qui est en lutte obligatoire et ne tombe donc pas sous le coup des interdictions de la Loi Labbé ( mais sera concerné par la loi biodiversité à travers le retrait programmé des néo-nicotinoïdes qui mettra fin aux stratégie 1 et 2 . Et oui !!!!!). Par contre le papillon paysandisia, la lutte n’est pas obligatoire et donc ne peut pas bénéficier cette dérogation. Dans ces conditions, comment va-t-on lutter contre ce papillon en dehors des nématodes ? Le spinosad accepté en agriculture biologique est-il recevable ? Nous allons poser la question officiellement à la direction générale de l’alimentation DGAL et la doubler par une question à l’Assemblée Nationale que nos élus varois ont accepté de porter. Un plaisir n’arrivant jamais seul : il n’y a pas de piégeage possible pour ce papillon ! Des recherches sont en cours. SNP est partenaire d’un appel à projet du plan Ecophyto sur ce thème.

Dans les entretiens que nous avons pu avoir avec les participants de ce forum, nous avons pu constater que le problème du palmier était une très forte préoccupation. Il est temps, grand temps, car un mailing que nous avions réalisé au printemps 2014 suite aux Assises du tourisme PACA à Gréoux-les-bains n’avait, à notre très grand désappointement donné, aucun résultat.

SNP est à l’entière disposition des industriels du tourisme pour leur prodiguer ses meilleurs conseils de nature à préserver leur outil de travail.

Derniers articles

10 novembre, par Rédaction SNP

VEGEPHYL lettre N° 281

La manifestation 12ème CIRAA et Journée thématique Des ravageurs et des hommes 27 au 29 octobre 2020 à Montpellier attire tout de suite l’attention.

10 novembre, par Rédaction SNP

la Bretagne : nouvel eldorado des palmiers ?

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-palmeraie-bretonne-218856
C’est une bonne nouvelle mais on serait tenté de conseiller à nos amis bretons la formule "Si vis pacem, para bellum" et de commencer à mettre en (...)

Edito

Edito de septembre 2019

18 octobre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
L’encre de l’arrêté pourtant très bref, du 25 juin 2019 n’est pas encore sèche et nous entendons ses détracteurs le vouer aux gémonies au motif qu’il renonce à la lutte obligatoire dans les régions plus exposées pour l’instant, Corse, Paca, Occitanie.
Mais gardons-nous de toute hypocrisie, si la lutte obligatoire n’a pas atteint son objectif dans les régions les plus exposées c’est bien sûr la (...)