Accueil > Réglementation > Débats parlementaires & Conseil des ministres & PE > EGA plan pesticides : quésaco

EGA plan pesticides : quésaco

mercredi 24 janvier 2018 - Rédaction SNP

 Un ministre absent à la clôture des États généraux de l’alimentation et un communiqué de trois ministères, excusez du peu, annonçant pour la fin du premier trimestre 2018 la réponse à toutes vos interrogations.

Il n’en fallait pas plus pour nous laisser dubitatif, car le communiqué commun du 19 janvier est soit consternant soit trompeur. En effet comment peut-on en savoir aussi peu à quelques semaines de décisions de la plus haute importance  ?

 Pour ce qui nous concerne, constatant depuis des mois d’absence complète de propositions de solutions alternatives au dispositif de lutte contre les ravageurs de palmiers, il ne peut être question de lâcher les solutions phytosanitaires actuelles quitte à demander aux firmes propriétaires des compléments de protection ou de connaissances sur les résidus.

Portfolio

Derniers articles

25 mai, par Rédaction SNP

Beauveria bassiana souche NPP111B005 : avis sur l’AMM

lien : http://www.sauvonsnospalmiers.fr/le-beauveria-ca-se-precise.html
L’avis de l’ANSES et l’AMM délivrée pour la préparation Ary-0711b-01 à base de la souche de microorganisme Beauveria bassiana souche NPP111B005, de la (...)

22 mai, par Rédaction SNP

Newsletter n°14

Nous évoquons très volontiers nos excellentes relations avec cette association société savante du monde palmophile. Notre mission est par nature beaucoup plus militante au service de tous les propriétaires de palmiers même (...)

Edito

Edito d’avril 2018

6 mai, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Nous avons poursuivi notre lobbying au bon sens du terme pour plaider l’évidence du maintien pour moins de 24 mois encore du seul phytosanitaire à notre disposition, en l’absence, espérons-le provisoire, de solutions biologiques de remplacement. Quasiment impossible de mobiliser la presse face aux grands censeurs de l’écologiquement correct.....
Nous avons donc saisi à deux reprises la Direction (...)